La faune du Mont Carmel

Quand j’étais un jeune étudiant en philosophie, je me souviens de la phrase d’un père carme asturien qui nous parlait de la faune du Carmel pour se référer aux différents profils des frères de l’Ordre du Carmel Déchaux. C’était une sorte de plaisanterie pour nous faire voir la variété de personnes et de styles qui existaient et existent au sein de l’Ordre. Le dicton est dû aux premiers mots avec lesquels commence l’hymne «Flos Carmeli», «Fleur du Carmel» et il fait référence à la flore abondante du Carmel. C’est cela justement l’étymologie du mot Karmel : vigne féconde, jardin, paradis …

J’ai trouvé à ce propos un article dans lequel où nous parle de tous les animaux qui se trouvaient sur le Mont Carmel dans la troisième décennie du XXème siècle. Ainsi raconte le chroniqueur :

«La faune est aussi variée que la flore. Les animaux sauvages se réfugient dans les grands buissons. Il y en a de moins en moins. Souvent, un groupe de chacals hurlent sous les fenêtres du couvent, quand il fait noir. Mais cela, n’arrive pas souvent. D’autres fois, ces bêtes timides s’éloignent lorsque les chiens aboient ou en tapant des mains. Les lumières du phare les effraient. Il y a encore des hyènes, de gros serpents qui mesurent jusqu’à plus d’un mètre de long. Il semble que la dernière panthère ait été exécutée avant la guerre (en allusion à la Première Guerre mondiale). Un de nos frères, qui vit au couvent du Sacrifice, a tué plusieurs chats sauvages par des coups de bâton. Il peut arriver qu’un loup descende des hauteurs du Taureau à la suite des transhumants et se perde à ces endroits».

«Tous les oiseaux de Palestine se trouvent en grande quantité ici, de l’aigle au moineau. La huppe, le pic, le chardonneret, le canari et surtout la perdrix sont les volatils les plus fréquents. Le Mont Carmel est le refuge de la chasse. Sur les permis de chasse délivrés par le gouvernement, un timbre stipule “sauf sur la propriété du couvent du Mont Carmel et le long de la plage entre Caiffa et Saint Jean d’Acre”. Ensuite, il nous montre les animaux domestiques. Il souligne les chevaux, les ânes, les chameaux, les vaches, les moutons et les chèvres et certains mulets. Le cheval est généralement de race syrienne, importé d’Asie Mineure. Il faut aller en Transjordanie pour trouver le vrai cheval arabe. Le chameau de la région vient d’Asie Mineure ».

Il y a trois siècles  de cela, le père Prosper de l´Esprit Saint a écrit: «Les animaux trouvés sur cette montagne sont de nombreux sangliers et de très gros loups, renards et une espèce parmi les loups et les renards qu’ils appellent “vauy dobbe” (hyènes), donc grands comme les grands loups et tuent les hommes. Il y a aussi les lions, les ours, les lièvres, les lapins, les cerfs, les chèvres de montagne et d’autres espèces similaires aux petits singes, perdrix sans nombres, aigles et faucons, qui sont élevés dans les rochers des villages ».

La chose la plus curieuse, du moins pour moi, c´est l’existence de panthères à l’intérieur du Mont Carmel. Aujourd’hui, il n’y a pas de félins de cette espèce. Mais nous savons qu’ils existaient et vivaient dans ces lieux carmélitains.

P.  Óscar I. Aparicio Ahedo, ocd.

 

This site uses technical cookies that are necessary for its functioning as well as third party cookies that permit aggregate statistical analyses. By clicking on “I Accept” or continuing to use the site in any way You are consenting to the use of these cookies. For further information, or with a view to deactivating, You may consult the Cookie Policy.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close