«Eternellement je chanterai tes miséricordes, Seigneur !» – Thérèse de Jésus

Le réalisme évangélique de Thérèse nous montre combien Dieu est proche de l’homme et que la réalité de celui-ci attire sa miséricorde. Face au besoin de l’homme, Thérèse apporte la réponse transcendante de la miséricorde divine. Le monde est le lieu de la libération concrète de l’homme par Dieu. Face à un monde éclaté et abandonné, qui oppose à l’existence de Dieu la misère de l’homme, Thérèse témoigne que l’homme concret est le lieu où se manifeste la puissance de Dieu et sa miséricorde.

Une miséricorde à laquelle tout homme qui fait l’aveu de sa pauvreté peut accéder dans l’oraison. L’oraison est la porte, et pourtant ce n’est pas n’importe quel ’oraison… il s’agit de l’oraison vrai… l’oraison du pauvre… Affirmer la miséricorde de Dieu, c’est retrouver l’Unité de Dieu, du monde et de l’homme.

Mais elle n’est pas seulement une expérience intérieure : elle donne naissance à une communauté nouvelle qui a pour finalité la communion des personnes. Elle engendre un mouvement spirituel qui rayonne au-delà de la communauté religieuse pour devenir un fait social. La communauté thérésienne véhicule un certain type de culture et celle-ci définie comme ce qui fait que l’homme est plus homme est la femme plus femme, engendre une civilisation. L’engagement de Thérèse est tout entier centré sur la libération de la personne humaine de toutes les formes d’oppression matérielle, culturelle et sociale qu’elle a connues.

L’oraison et la miséricorde sont à la source d’une civilisation authentique : une civilisation de la miséricorde édifiée sur le roc de la vérité proclamée dans le discours des béatitudes ou se révèle la Présence de Dieu libérateur de l’homme.

L’oraison est le lieu où je n’accuse personne. L’oraison est le lieu où je découvre mon besoin de miséricorde, mon besoin d’être comprit, d’être guéri, d’être écouté, d’être libéré de tout ce qui ne me permet pas de vivre en vérité… mais aussi j’y découvre la présence de l’autre. Là-bas dans la profondeur de ma vérité je découvre la présence miséricordieuse de Dieu qui va me guider dans le chemin de retour au Père, et au même temps cette vérité me rend proche de ceux qui sont autour de moi, c’est pour cela que l’oraison thérésienne c’est un engagement sérieux avec Dieu et avec mes frères, une Aventure qui va durer toute la vie…

La Reforme entreprise par Thérèse veut être l’expression prophétique d’une Eglise priante et miséricordieuse. Elle a découvert dans son histoire personnelle et durant ses fondations que Dieu se donne toujours et davantage (bien au-delà de nos mérites)… avant même que nous ne soyons pas prêts à répondre à son amour. C’est pourquoi elle le chante toujours dans ses écrits et dans sa vie: «Misericordias Domini in aeternum cantabo» (je chanterai éternellement les miséricordes du Seigneur).

This site uses technical cookies that are necessary for its functioning as well as third party cookies that permit aggregate statistical analyses. By clicking on “I Accept” or continuing to use the site in any way You are consenting to the use of these cookies. For further information, or with a view to deactivating, You may consult the Cookie Policy.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close