Saint Joseph, l’homme juste

Saint Joseph, le père de Jésus, est un personnage bien mystérieux mais très important. Joseph, au début de l’Évangile de Matthieu, est «juste selon la loi» : il décide tout d’abord de répudier Marie. Mais peu à peu, grâce au songe, il devient juste «selon le plan de Dieu». C’est-à-dire, il obéira à la voix de l’Esprit qui a reçu en songe, et qu’il va suivre. Dans un premier temps, il s’agit d’une réponse humaine, de compassion, à l’amour qu’il a pour Marie, … ensuite, il s’agira d’une réponse théologale, considérant l’amour qu’il a pour Dieu.

Joseph a des songes extraordinaires : des anges lui parlent, le Seigneur lui adresse la parole pendant qu’il dort. Ce sont des rêves ?  Je crois que ce sont de vrais rêves. Mais cela peut désigner aussi, en dehors du rêve classique, tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, parvient à la conscience. Une méditation très profonde peut aussi être considerée un «songe».  Le songe est sans aucun doute un instrument de révélation.

L’Évangile ne montre guère les relations entre Jésus et Joseph. Cela nous manque tout de même un peu ! On le voit lorsque Jésus est perdu et que Joseph et Marie le cherchent, mais par la suite il disparaît et on ne sait rien de leurs relations. De même qu’on ne sait rien des trente années de la vie de Jésus à Nazareth.

Le nom Joseph veut dire «Dieu ajoutera». Il évoque l’espérance, la confiance en Dieu. C’est une figure tournée vers la fécondité. Modèle de l’adoption, il dépasse le patriarcat de son époque qui était très soucieux des liens du sang. Il est le modèle de l’adoption réussie. Modèle d’humanité pour quelqu’un qui doit prendre soin des autres, comme un enseignant qui doit adopter tous les élèves qui lui arrivent chaque septembre, pour faire un chemin avec eux et leur mener à la fin de l’année ayant bien assimilé les valeurs académiques, humaines et spirituelles.

Confions à notre père Saint Joseph, protecteur par excellence du Carmel, tous nos soucis, les personnes qui nous entourent, les projets qui nous tiennent à cœur, afin qu’il le porte à plénitude, comme il a fait avec son Fils bien-aimé Jésus-Christ.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone