Saint Jean de la Croix, guide vers la rencontre avec Dieu

Au premier regard des oeuvres majeures de Saint Jean de la Croix nous découvrons que tout son désir est celui de nous guider vers la rencontre avec Dieu.

Au Cantique Spirituel, Jean de la Croix nous présente le chemin de la purification de l’âme, de sorte que l’âme (= la personne) se laisser saisir graduellement et joyeusement par l’amour de Dieu, jusqu’au point où elle perçoit qu’elle aime Dieu avec le même amour dont elle est aimée.

Dans la Vive Flamme d’Amour, il décrit d’une forme plus détaillée le processus vers l’union transformante de l’âme en Dieu. Ici, le feu est une image fondamentale. En fait, plus allumé est le feu, plus il consomme le bois, et plus le bois brûle, plus la flamme s’allume. Ainsi fait l’Esprit Saint avec nous, qui durant la nuit purifie l’âme, et au même temps nous illumine et rechauffe comme une flamme véritable.

La Montée du Carmel, par contre, nous présente le voyage spirituel du point de vue de la purification progressive de l’âme, nécessaire pour salir sur la montagne du Carmel (= la montagne de la perfection), qui est le Christ. Le parcours qu’entreprend l’homme, aidé par la grâce de Dieu, lui permet de se libérer de tout attachement, de toute affection contraire à la volonté de Dieu.

Et finalement, dans la Nuit Obscure, le Saint nous presente le côté passif della purification et transformation progressive de la personne. L’effort humain, en fait, n’est pas capable de soi d’atteindre les racines profondes des inclinations et des défauts de la personne : il arrive à les rallentir, mais il est incapable de les déraciner totalement. C’est pourquoi il est nécessaire la grâce de Dieu, qui purifie l’esprit radicalement et le dispose à l’union d’amour avec Lui.

Que ces orientations sur les oeuvres majeures de notre saint père Saint Jean de la Croix nous aident à marcher d’un pas lèger dans ce temps de l’Avent. Le long et difficile chemin de purification requiert certainement un effort personnel, mais le vrai protagoniste est Dieu. Le plus que l’homme puisse faire c’est de se «disposer», d’ouvrir les mains et le coeur («Marana tha!»), de rester ouvert à l’action divine et ne pas opposer aucune résistance à sa grâce.

P. Patrice, ocd (Stella Maris)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone