Chroniques du Mont Carmel : le cardinal Bourne

Ce haut prélat de l’Église d’Angleterre était un bon ami du Père François de la Croix (Lamb). Les deux étaient britanniques. Lamb fut vicaire du Mont Carmel de 1918 à 1935. Nous pensons qu’il a été nommé vicaire du mont Carmel, en plus de ses qualités religieuses, pour son origine anglaise. Parce qu’après la Grande Guerre (Première Guerre mondiale), la Palestine est devenue un protectorat anglais.

Le cardinal Bourne était un bon allié de l’Ordre du Carmel déchaussé, notamment en ce qui concerne l’enregistrement de son patrimoine sur le Mont Carmel. Le nom du cardinal était Francisco Alfonso Bourne. Il est né le 23 mars 1861. Il a été ordonné prêtre du diocèse de Southwark (Grande-Bretagne). Il était évêque coadjuteur et plus tard titulaire de ce diocèse. Le 11 septembre 1903, il est nommé archevêque de Westminster. Élevé au Cardinalat le 27 novembre 1911, avec le titre de Cardinal prêtre de Sainte Prudence. Il est décédé le 1er janvier 1935.

Ainsi raconte le Vicaire du Mont Carmel, P. Lamb: «Au moment où je suis entré dans notre couvent, dans la paroisse de Caiffa, on m’a présenté une annonce du gouverneur militaire, selon laquelle la partie orientale de la montagne du Carmel (qui pendant plus de plusieurs siècles,  appartient à l’Ordre du Carmel) a été déclaré parc public».

Le lendemain –continue le récit–, j’étais chez lui juste avant 7h15 et le gouverneur me reçoit en disant : «Vous serez surpris d’entendre que S.E. Le cardinal Bourne est mon invité et qu’il souhaite vous voir. « Son Éminence s’était approchée de Nazareth et sur le chemin du retour, avait eu un retard dû à une crevaison, comme cela se produit normalement après une guerre, en raison du mauvais état des routes ».

Pendant que nous l’écoutons, Mons. le Gouverneur me dit ceci : «Son Éminence le Cardinal m’a fait remarquer qu’il avait fait une erreur en déclarant parc public cette propriété de l’Ordre du Carmel». Il continue en me disant qu’il ne voulait pas enlever la propriété aux Carmes ; en fait, son désir n’était autre que de nous aider à réparer les vols commis par la population locale pendant la guerre, et il était prêt à nous aider de ses fonds.

Après l’avoir remercié de son offre généreuse, je lui ai demandé si on pouvait avoir un certificat écrit indiquant que ni lui ni le gouvernement n’avaient l’intention de retirer ses biens à l’Ordre du Carmel. (…)

Nous venions de conclure cet heureux accord lorsque Son Éminence est arrivée. Le Gouverneur lui dit : «Nous finissons, le Père Vicaire et moi, de supprimer les difficultés concernant la propriété de l’Ordre, et nous travaillerons ensemble pour réparer les dégâts et les destructions causés pendant la guerre». Son Éminence s’est montrée satisfaite pour la résolution rapide d’un problème qui aurait pu retarder et entretenir le nouveau Vicaire (…).

Pendant la guerre, le gouvernement turc avait confisqué la propriété des Pères du Mont Carmel, y compris la partie considérée par le gouverneur militaire comme un parc public. Plus tard, grâce à l’influence du premier gouverneur civil, tous les biens nous ont été restitués et enregistrés sous le nom de l’Ordre du Carmel, en date du 14 novembre 1921.

Un an après sa première visite, le Cardinal est revenu une fois de plus visiter le Mont Carmel et nous a donné une belle photographie avec cette dédicace : «En souvenir perpétuel de ma visite au Mont Carmel, le 28 janvier 1919. Francis Cardinal Bourne, Archevêque de Westminster ».

P. Óscar I. Aparicio Ahedo, ocd

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone